Chroniques littéraires·Uncategorized

La vraie vie – Adeline Dieudonné

la-vraie-vie-2-5b8e2318d2ba9

Résumé :

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent. Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

♥♥♥♥♥♥♥♥

Mon avis :

Vous avez sûrement entendu parlé de ce nouveau roman ! Mais oui ! Il y a beaucoup d’affiches publicitaires dans les métros et il est mis en avant dans les librairies. Si vous le cherchez, vous le retrouverez au coin « nouveautés ».

Pour ma part, je l’ai découvert dans l’émission la Grande librairie où l’auteure était invitée. Son roman était décrit comme la véritable pépite de la rentrée par François Brusnel. Que ce soit Amélie Nothomb, Joann Sfar ou Jérôme Ferrari, tous les invités étaient unanimes : c’était un roman coup de poing. Deux jours après, je me suis donc précipitée à la Fnac pour l’acheter et, surtout, parce que je voulais leur demander quand est-ce qu’on aurait la réponse du gagnant du Prix Roman Fnac 2018 pour lequel j’avais participé (le hasard fait bien les choses !). Mais personne n’était capable de me répondre… Bref, j’avais mon livre entre les mains et c’est ce qui comptait le plus.

Le lendemain matin, comme à mon habitude, je me suis levée vers 6 heures et j’en ai profité pour me plonger dans cette nouvelle histoire. Je ne l’ai pas lâché jusqu’à 9h, je l’ai lu d’une traite. Il est littéralement impossible de s’arrêter de le lire d’autant plus qu’il se lit très facilement et n’est pas très long (265 pages).

On se place dans la tête de d’une jeune fille sacrément brillante et courageuse (elle n’a pas de nom, ce qui permet de pouvoir s’identifier encore plus). Ca faisait d’ailleurs très longtemps que je n’avais pas lu un livre où le narrateur était un enfant. Le dernier en date était Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee. C’est en lisant les paroles de  cette enfant qu’on se replace nous-mêmes à son âge et la vision qu’on pouvait avoir du monde. Ca faisait du bien de retrouver cet œil d’enfant plein d’espoir qu’on perd et oublie en grandissant. C’est là qu’on retrouve le génie de l’auteure qui arrive à entrer dans la peau d’une adolescente avec toutes les complexités qu’elle peut avoir, tous les espoirs et peurs qu’elle peut ressentir. L’exemple le plus frappant est celui de la hyène. Pour un adulte, cette peur pourrait paraître bégnine et infondée. En effet, ce sont des peurs d’enfant qu’on a parfois oubliées, qu’on ne comprendrait plus vraiment et pourtant Adeline Dieudonné arrive à décrire parfaitement une angoisse d’enfant et nous rappeler ces terreurs qui nous prennent aux tripes sans qu’on puisse les expliquer, elle se trouve être très fine dans ses descriptions (j’ai lu qu’Adeline Dieudonné avait déjà gagné un concours pour des nouvelles, je vais vite m’y plonger car j’ai adoré sa façon d’écrire).

En tout cas, on suit cette héroïne de ses 12-13 ans à 15-16 ans qui vit dans un milieu décrit comme violent et bestial.

A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents et celle de cadavres.

Des daguets, des sangliers, des cerfs. Et puis des têtes d’antilopes, de toutes les sortes et de toutes les tailles, springboks, impalas, gnous, oryx, kobus… Quelques zèbres amputés du corps. Sur un estrade, un lion entier, les crocs serrés autour du cou d’une petite gazelle.

Malgré cet environnement peu propice au bonheur, à une enfance heureuse et épanouie, elle trouve un refuge dans les jeux avec son frère. Mais, un événement va faire basculer tout son petit équilibre. Dès lors, l’histoire commence vraiment car la quête de l’héroïne est de remonter le temps. C’est ce but qui va la faire grandir et qu’elle gardera en tête jusqu’à la fin du roman. Son regard sur le monde est transformé. Dorénavant, elle se sent différente des autres élèves, ne comprend pas leurs activités futiles. Elle se retrouve très isolée autant chez elle que dans son école.

A côté, elle reste tout de même une jeune fille qui connaît ses premiers désirs, ses premières déceptions et nous fait ressentir très justement tous ces sentiments parfois difficiles à définir qu’elle regarde d’un air parfois déconcerté.

Cette lecture est donc très enrichissante sur le plan personnel et émotionnel car en fermant le roman, on a ressenti beaucoup d’émotions : la peur, le rire, la tristesse, l’amour, le courage, etc.  Tout était bien mené, il ne manquait rien. Vous l’aurez compris, c’était un véritable coup de cœur pour moi.

Note : ★★★★★

Pour la petite histoire, on ne m’avait pas répondu pour la Fnac mais quelques jours après j’ai vu sur Twitter que la gagnante avait été Adeline Dieudonné pour ce roman !!! Je ne savais même pas qu’il avait été sélectionné pour le Prix Roman Fnac ! Je l’avais lu sans le savoir ! S’il m’avait été envoyé, je suis sure que je l’aurais choisi aussi comme gagnant. En tout cas, j’étais ravie qu’il ait remporté le prix, c’est amplement mérité.

Vous l’avez lu ? Vous en avez entendu parler ? Dites-moi tout en commentaire 🙂

Lilou

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s